forum sepharade-janine

politique, divers
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Partagez | 
 

 Jeanne d'Arc: sans doute ni bergère ni pucelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Jeanne d'Arc: sans doute ni bergère ni pucelle   Ven 28 Sep - 13:24

NANCY AFP) - Jeanne d'Arc, petit bergère inculte mandatée par Dieu pour sauver le royaume de France: le mythe, véhiculé depuis des siècles, est à mille lieux de la réalité, tentent de démontrer Marcel Gay et Roger Senzig dans "L'affaire Jeanne d'Arc".

Le simple nom de l'héroïne est une "hérésie", estime Marcel Gay, journaliste à L'Est républicain, qui a enquêté plus de dix ans sur le sujet. On connaît 19 lettres écrites par Jeanne. Cinq (dont trois étaient signées) ont été vues par les auteurs: sur aucune d'entre elles Jeanne ne s'est appelée "d'Arc".

Ses origines modestes paraissent aussi suspectes. La prétendue bergère, lors de son procès à Rouen, a déclaré n'avoir "jamais gardé les moutons et autres bêtes". Excellente cavalière, Jeanne maîtrisait en outre le français de la cour, comme le rapportent des écrits cités dans l'ouvrage.

Les circonstances de sa mort laissent également perplexes. Si l'Histoire veut que Jeanne d'Arc meure sur le bûcher en 1431, des centaines de documents attestent de la présence de "La Pucelle de France" à Metz, Arlon (Belgique), Cologne (Allemagne) ou encore Orléans après 1436.

"Au XVe siècle comme aujourd'hui, on manipulait l'opinion publique. Jeanne d'Arc, c'est de la diplomatie secrète, observe Marcel Gay. La légende est belle, mais la vérité l'est encore plus."

La thèse des auteurs, étayée par de très nombreux documents, est que Jeanne, de son vrai nom Jeanne d'Orléans, était une arme "psychologique" de la couronne française, alors en difficulté face aux Anglais.

L'"opération Pucelle", conçue par la belle-mère du roi, Yolande d'Anjou, fait entendre des voix à Jeanne, pour l'introniser comme messager de Dieu et inspirer de la crainte à ses adversaires. Le stratagème fonctionne durant ses campagnes militaires.

Dernier accroc à la légende: Jeanne se marie en 1436 avec Robert des Armoises, pour devenir Jeanne des Armoises. La Pucelle n'est plus.

Son mythe sera ravivé à la fin du XIXe siècle. La France, après la défaite de 1870, se cherche une icône. Jeanne la Lorraine devient un symbole fondateur de la République. Elle sera canonisée en 1920.

("L'affaire Jeanne d'Arc". Editions Florent Massot. 280 pages + annexes. 19,5 euros)
Revenir en haut Aller en bas
adm-janine
Admin


Nombre de messages: 139319
Age: 67
Localisation: paname
Date d'inscription: 19/11/2006

MessageSujet: Re: Jeanne d'Arc: sans doute ni bergère ni pucelle   Ven 28 Sep - 13:49

alors ça c'est au poil!

_________________
l'homme est né pour servir.S'il ne sert pas Dieu, il sert l'homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sepharade2.superforum.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jeanne d'Arc: sans doute ni bergère ni pucelle   Ven 28 Sep - 14:05

La thèse de Jeanne des Armoises n´est pas nouvelle.
Cette Jeanne aurait été reconnue par ses frères et sa mère, commit de nombreuses escroqueries mais protégée par le roi René de Lorraine-Provence (le dit "bon roi René") mourrut riche et anoblie en 1449. Elle est inhumée à Pulligny (Meurthe et Moselle).
Mais cette thèse n´avait pas été jugée crédible. Je me demande sur quelles bases nouvelles elle le redevient?
Revenir en haut Aller en bas
guitl



Nombre de messages: 57594
Localisation: PARIS BIEN ENTENDU
Date d'inscription: 20/11/2006

MessageSujet: Re: Jeanne d'Arc: sans doute ni bergère ni pucelle   Ven 28 Sep - 15:12

COSMOS a écrit:
NANCY AFP) - Jeanne d'Arc, petit bergère inculte mandatée par Dieu pour sauver le royaume de France: le mythe, véhiculé depuis des siècles, est à mille lieux de la réalité, tentent de démontrer Marcel Gay et Roger Senzig dans "L'affaire Jeanne d'Arc".

Le simple nom de l'héroïne est une "hérésie", estime Marcel Gay, journaliste à L'Est républicain, qui a enquêté plus de dix ans sur le sujet. On connaît 19 lettres écrites par Jeanne. Cinq (dont trois étaient signées) ont été vues par les auteurs: sur aucune d'entre elles Jeanne ne s'est appelée "d'Arc".

Ses origines modestes paraissent aussi suspectes. La prétendue bergère, lors de son procès à Rouen, a déclaré n'avoir "jamais gardé les moutons et autres bêtes". Excellente cavalière, Jeanne maîtrisait en outre le français de la cour, comme le rapportent des écrits cités dans l'ouvrage.

Les circonstances de sa mort laissent également perplexes. Si l'Histoire veut que Jeanne d'Arc meure sur le bûcher en 1431, des centaines de documents attestent de la présence de "La Pucelle de France" à Metz, Arlon (Belgique), Cologne (Allemagne) ou encore Orléans après 1436.

"Au XVe siècle comme aujourd'hui, on manipulait l'opinion publique. Jeanne d'Arc, c'est de la diplomatie secrète, observe Marcel Gay. La légende est belle, mais la vérité l'est encore plus."

La thèse des auteurs, étayée par de très nombreux documents, est que Jeanne, de son vrai nom Jeanne d'Orléans, était une arme "psychologique" de la couronne française, alors en difficulté face aux Anglais.

L'"opération Pucelle", conçue par la belle-mère du roi, Yolande d'Anjou, fait entendre des voix à Jeanne, pour l'introniser comme messager de Dieu et inspirer de la crainte à ses adversaires. Le stratagème fonctionne durant ses campagnes militaires.

Dernier accroc à la légende: Jeanne se marie en 1436 avec Robert des Armoises, pour devenir Jeanne des Armoises. La Pucelle n'est plus.

Son mythe sera ravivé à la fin du XIXe siècle. La France, après la défaite de 1870, se cherche une icône. Jeanne la Lorraine devient un symbole fondateur de la République. Elle sera canonisée en 1920.

("L'affaire Jeanne d'Arc". Editions Florent Massot. 280 pages + annexes. 19,5 euros)

seulement le désir de faire du fric peut donner corps à une telle histoire ; parce que Sainte Jeanne d'arc icône de la république? mon dieu quelle horreur...en pleine guerre de la laïcité contre l'Eglise? ils l'auraient plutôt brûlée deux fois qu'une.
L'église voulait réagir, surtout, contre la Commune (à mon avis) ; d'ailleurs le sacré coeur de Montmartre est une réponse à cette Commune, haïe de l'église. Idem pour Jeanne.
il est question de prosélytisme religieux, et je veux bien le croire. Les vrais républicains étaient laïques à mort, ils ont défoncé les portes des églises, je présume que Jeanne leur a été imposée.
Après la fin de la Commune, on a morflé ; les versaillais se sont salement vengé, je les imagine très bien avec la statue de Jeanne, le sabre et le goupillon.
Et sainte Geneviève? on lui a fait une statue au 20èm siècle, et une autre au 19èm siècle.



La guerre de 1870 paralysa momentanément le projet et en 1882 Monseigneur Thomas, archevêque de Rouen, relance l’idée et décide de l’implantation du Monument non plus à l’endroit initialement prévu mais sur les collines qui dominent la ville. Le projet originel prend une nouvelle ampleur et est confié à l’architecte Juste Lisch (Inspecteur à la Commission des Monuments historiques et à l’Administration des Edifices diocésains) pour l’élaboration des plans et à l’architecte départemental Lefort pour le suivi de la réalisation. Le chantier du Monument Jeanne d’Arc débute le 1er mai 1890 et se termine le 28 mai 1892.
Au XIXe siècle, l'Église catholique réagit vivement face à une certaine laïcisation du mythe par des penseurs ou des historiens tel que Michelet. C'est pourquoi en 1869 Monseigneur Félix Dupanloup, évêque d'Orléans entame le processus de canonisation. Ce procès permet, après un demi-siècle (du 2 novembre 1874 au 16 mai 1920), de déclarer sainte de l'Église catholique cette femme qui fut condamnée par un tribunal ecclésiastique avant d'être réhabilitée quelques années après sa mort. La statue de Jeanne d’Arc a été offerte par les communautés religieuses et les jeunes filles du diocèse à l’archevêque. L’édification de ce monument s’inscrit dans cette période de réappropriation par l’église de la figure de Jeanne d’Arc.
Le monument est maintenant la propriété de la commune de Bonsecours, il a été classé Monument historique (y compris le soubassement et la chapelle Notre Dame Des Soldats) par arrêté du 18 novembre 1986.


http://arts-plastiques.ac-rouen.fr/grp/sculpture_commemorative/jeanne_d_arc_bonsecours.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
georges972



Nombre de messages: 22746
Age: 67
Localisation: Israel
Date d'inscription: 20/11/2006

MessageSujet: Re: Jeanne d'Arc: sans doute ni bergère ni pucelle   Ven 28 Sep - 16:54

Ce bouquin est une illustration, une de plus, de cette mode "post-moderniste", ou tout va, si cela permet de faire avancer des idees meme fausses, meme tendancieuses. Chacun deviendra un egorgeur de "vaches sacrees", un pourfendeur de l'Histoire, bref un revisionniste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jacqueline



Nombre de messages: 4755
Age: 78
Localisation: 38300 BOURGOIN JALLIEU
Date d'inscription: 18/08/2007

MessageSujet: Re: Jeanne d'Arc: sans doute ni bergère ni pucelle   Ven 28 Sep - 17:27

Si Jeanne notre Lorraine, n'est plus celle qu'on croit...
au travers de la véracité des faits... il y a de quoi être
inquiets pour l'Histoire de France racontée aux enfants.
Au moins on n'ira pas leur reprocher d'être des cancres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Jeanne d'Arc: sans doute ni bergère ni pucelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
forum sepharade-janine ::  :: -