forum sepharade-janine

politique, divers
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Impossible coexistence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
georges972

avatar

Nombre de messages : 24428
Age : 70
Localisation : Israel
Date d'inscription : 20/11/2006

MessageSujet: Impossible coexistence   Mar 20 Oct - 10:19

L’IMPOSSIBLE COEXISTENCE
>
>
>
> Nul doute que le temps viendra où le loup et l’agneau
> vivront en parfaite
> harmonie mais ce n’est pas encore le moment. De plus même
> quand cela arrivera
> je préférerais être le loup par mesure de précaution.
>
> Dans ce Moyen Orient, le peuple juif lutte depuis plus
> d’un siècle contre le
> terrorisme. Un siècle d’assassinats, d’attentats, de
> bombes inhumaines, de
> diffusion de la haine la plus lâche. Un siècle de
> terrorisme entrecoupé de
> guerres où le peuple juif s’inflige des pertes humaines
> chères pour
> scrupuleusement veiller aux conventions de Genève face à
> des hordes de barbares
> criminels.
>
> Ils n’hésitent pas à kidnapper des enfants et les
> assassiner, à planter leurs
> poignards dans des vieilles femmes sans défense sur le
> trottoir, à armer leur
> progéniture en lui enseignant à tuer et décapiter er à
> hurler que tout cela est
> au nom d’Allah !
>
> Leurs mosquées servent de dépôt d’armes, de refuges
> pour criminels et la
> tolérance musulmane est exemplaire !
>
> Au nom de cette damnée mosquée d’el aksa devenue sacrée
> depuis la libération de
> Jérusalem et la fatidique erreur de Moshe Dayan
> laissant les clefs au
> Waqf, l’éventualité de prières juives suffit à
> enflammer les nervis arabes. Ce
> qui ne les empêche pas de brûler pour la troisième
> fois le tombeau de
> Joseph à Sichem. Des juifs venus prier sur ce lieu saint
> vandalisé ont couru le
> risque d’être lynchés. Et nos lamentables journalistes
> de s’extasier sur les
> pompiers arabes qui ont arrêté l’incendie et sur les «
> policiers palestiniens »
> qui ont aidé à sauver les Juifs en prière !
>
> Et si nous réagissions de la même manière après cet acte
> criminel et
> blasphématoire en incendiant des mosquées et dégageant
> leurs cimetières, que
> diraient le grand benêt de Kerry, le renégat Fabius et
> l’allié des ayatollahs
> Hussein Obama ?
>
> Pourquoi nos soldats ne sont pas immédiatement
> intervenus pour sécuriser
> notre venue libre au Tombeau de Joseph, pourquoi doit-il
> encore être entouré
> de criminels armés, pourquoi notre attitude
> laisse-t-elle penser que ce
> tombeau serait moins sacré que cet édifice musulman
> implanté sur notre Mont du
> Temple, pourquoi nos grands « rabbins » si prompts à
> s’émouvoir sont d’un
> silence pesant lorsqu’il s’agit de défendre l’honneur
> national et nos lieux
> saints?
>
>
>
> Les arabes ont droit à un usage disproportionné de
> la barbarie et les
> occidentaux à un usage disproportionné à la débilité
> mentale.
>
> Pour être convaincu du fait que la coexistence avec les
> arabes est impossible,
> il n’est que de voir leurs dirigeants. Leur premier leader
> fut le Mufti de
> Jérusalem, le nazi qui a levé une armée de SS musulmans
> et exigé
> l’extermination des Juifs en Europe (sans être jugé à
> Nuremberg). Le second fut
> Ahmed Choukeiry dévoué au Kremlin, un voyou qui voulait
> « jeter les Juifs
> à la mer ». Le suivant fut l’assassin Arafat, prix Nobel
> de la Paix pour avoir
> expliqué que la trêve permettrait aux arabes de mieux nous
> détruire. Le suivant
> et espérons dernier est donc ce Mahmoud Abbas, auteur
> d’une thèse
> négationniste, d’actes de terrorisme et menteur
> pathologique que certains
> estimaient encore pouvoir être un « partenaire ».
>
> Près d’un millier d’enfants ont été assassinés au
> Yémen, des centaines de
> milliers massacrés en Syrie, des milliers de tués en
> dommages collatéraux par
> les forces américaines en Afghanistan mais les seuls rares
> victimes arabes qui
> intéressent la presse sont celles qui tombent en Israël.
> Les victimes des
> bombardements russes en Syrie, des bombardements turcs sur
> les populations
> kurdes n’intéressent pas les photographes de guerre de
> l’Afp. Tellement plus commode
> de faire croire que l’on est en danger pour une
> prime de risque alors
> même que Tsahal protège cette ramaille journalistique
> surpayée.
>
> Nous avons intégré nos frères d’Afrique du Nord, du
> Yémen, d’Irak, de Syrie et
> de tous les pays musulmans. La place est libre pour ceux qui
> se croient des «
> palestiniens » c'est-à-dire membres d’un peuple
> inexistant dont la seule
> histoire est le crime et l’avenir celui de mendiants
> mafieux vivant aux
> crochets d’un monde libre terrorisé et couard. Il n’y a
> pas un seul pays arabe
> qui ait maintenu pacifiquement sa population non arabe.
>
> Les réfugiés se comptent par millions et pourtant les
> seuls qui intéressent
> l’occident sont ces arabes de la Terre d’Israël. Ce
> sont pourtant les arabes
> qui ont les meilleures conditions de vie de toute cette
> région du monde, qui
> bénéficient de droits sociaux et d’une discrimination
> positive, de possibilités
> d’études universitaires et de droits syndicaux
> impensables en terre d’islam.
> Cela ne les empêche pas de s’autoriser à manifester
> contre notre Etat qui
> serait une catastrophe, une « naqba ».
>
> Il est temps de leur dire de partir.
>
> Nous ne pouvons pas vivre avec cette cinquième colonne dans
> notre pays. Alors
> qu’ils ont tous les moyens d’accéder aux informations
> vraies, ils préfèrent les
> cauchemars des mille et une nuits et être manipulés par
> des prédicateurs
> brandissant un couteau. Ils ont manifesté sans raison, déferlé sur les places des
> villes
> encore à population arabe pour hurler leur haine, nuire à
> leur propre commerce,
> brûler des pneus et jeter des pierres. Ils ont barré les
> routes ce qui
> représente un danger en cas de conflit, tenté de semer le
> désordre dans nos
> villes juives, assailli les Juifs dans les villes encore
> mixtes. Ils
> représentent un danger sécuritaire pour Israël.
>
> Sachons en tirer les leçons et la conclusion qui
> s’impose. De la mer au
> Jourdain, la Terre d’Israël libérée est nôtre et
> seulement nôtre. En ce qui
> concerne la population, nous ne pourrons vivre ensemble. Ce
> sera eux ou nous.
>
> Alors ce sera
> nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacky

avatar

Nombre de messages : 10168
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: Impossible coexistence   Mar 20 Oct - 11:08

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaledelbidaoui

avatar

Nombre de messages : 899
Age : 40
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/08/2014

MessageSujet: Re: Impossible coexistence   Mar 20 Oct - 11:48

LA COEXISTENCE JUIVE-ARABE SUR LES BANCS DE L'ÉCOLE

ARTICLE | VEN, 09/10/2015 - 02:51

LA COEXISTENCE JUIVE-ARABE SUR LES BANCS DE L'ÉCOLE





par Nathalie Hamou
Publié dans Regards n°798

En dépit de l’impasse dans laquelle se trouvent les négociations israélo-palestiniennes, le réseau d’écoles « Main dans la Main » mise sur la coexistence des écoliers israéliens juifs et arabes dès le plus jeune âge.

Perchée sur les hauteurs du village arabe de Kfar Qara, situé au sud-est de la ville de Haïfa, l’école primaire « Gesher al Hawadi » donne ce jour-là le coup d’envoi aux festivités marquant son 10e anniversaire. Comptant plus de 200 élèves âgés de 5 à 12 ans, l’école fonctionne sur un modèle singulier : à raison de six heures par semaine, les écoliers travaillent séparément dans leur langue maternelle. Mais la plupart du temps, ils étudient ensemble, sous la houlette de deux maîtresses : l’une ne parlant qu’hébreu et l’autre, ne s’exprimant qu’en arabe. Nous sommes ici dans l’école bilingue judéo-arabe de Wadi Ara, dont le nom associe un mot hébraïque « Gesher » (qui signifie le pont) au terme arabe « al Hawadi » (la vallée). Créée en 2004, l’école fait partie des établissements alternatifs mis en place en Israël par l’association à but non lucratif « Main dans la main » (Hand by Hand), afin de promouvoir une éducation basée sur la tolérance.

En Israël, l’éducation multiculturelle n’est pas un sujet nouveau dans les préaux. L’Etat hébreu s’est construit par vagues d’immigrations successives. Habitués à s’asseoir sur les mêmes bancs que des élèves « venus d’ailleurs », les petits Israéliens bénéficient aussi d’un enseignement à la carte. C’est ainsi que l’éducation publique s’organise autour de trois filières : les établissements laïques, les écoles juives religieuses et celles du secteur arabe. Cette diversité reflète celle de la population nationale, qui compte une importante minorité d’Arabes israéliens (20%).

Censé offrir une liberté de choix, qui permet à chacun d’étudier en fonction de ses croyances, ce système possède toutefois un inconvénient majeur : en Israël, élèves juifs et arabes n’ont guère l’occasion de se fréquenter dans les cours de récréation. Et si l’hébreu est obligatoire dans les écoles du secteur arabe, il n’en va pas de même pour l’arabe que les lycéens israéliens apprennent de moins en moins. Au total, ce système éducatif très cloisonné ne favorise pas l’émergence d’une éducation pour la paix qui fait si cruellement défaut dans la région.

Une lecture commune des événements

Au sein des classes du réseau scolaire « Main dans la main », le contraste est saisissant. A Wadi Ara, élèves juifs et arabes israéliens -qui peuplent à part quasi égale chacune des classes- s’efforcent de maîtriser dès la fin du Cours préparatoire les deux alphabets; tous doivent étudier la Bible et le Coran; enfin, la plupart des fêtes juives et musulmanes sont célébrées dans l’école; sans oublier les fêtes nationales, comme le jour de l’Indépendance de l’Etat d’Israël, que les Arabes commémorent sous le terme de « Nakba », littéralement la catastrophe.

« Lors de notre première année, ces deux évènements étaient commémorés séparément : les élèves juifs et arabes avaient chacun leur cérémonie. Puis, nous avons jugé qu’il était préférable de le faire en commun », explique la direction de l’école, composé du tandem formé par Hasan Agbaria (le directeur) et Masha Krasnitsky (son adjointe). Dans la mesure où il n’existait pas de curriculum judéo-arabe bilingue dans le pays, l’école a dû innover : élaborer ses propres outils pédagogiques et manuels scolaires, imposer son système d’enseignement en binômes, et aussi allonger la journée d’études jusqu’à 16h, trois heures de plus que les autres écoles israéliennes.

Reste que l’action de l’association à but non lucratif « Main dans la main » s’inscrit dans un cadre plus large. Lancé par deux résidents de Jérusalem, Amin Khalaf et Lee Gordon, ce modèle d’éducation bilingue et multiculturelle, agréé par le ministère israélien de l’Education (ce qui ramène les frais de scolarité à 5.000 shekels par an), s’est d’abord déployé dans la Ville Sainte, avant d’essaimer en Galilée. En 1997, un second établissement a été lancé à Misgav, près de la ville arabe de Sakhnin. Mais c’est l’ouverture de l’école « Gesher al Hawadi », qui a donné toute sa dimension à ce projet pédagogique, puisque cet établissement a permis de scolariser des enfants juifs au cœur d’une ville arabe. Une première dans l’histoire du pays.

Un succès en dépit des obstacles

La création de ce troisième projet pilote n’a pas été simple. L’idée a surgi au lendemain des émeutes d’octobre 2000, à l’époque du début de la seconde intifada, et plus particulièrement dans la foulée d’une manifestation d’Arabes israéliens organisée dans les villes de Wadi Ara et de Sakhnin, qui s’est terminée par la mort de treize d’entre eux. Soucieux de surmonter ces évènements traumatiques, un groupe de parents juifs et arabes a eu l’idée de se tourner vers l’association « Main dans la main » pour promouvoir l’égalité scolaire entre Juifs et Arabes à Kfar Qara.

Selon l’association des parents d’élèves de l’école « Gesher al Hawadi », les attentes sont très élevées. « Les familles arabes sont particulièrement exigeantes en termes de quantité de travail et veulent des résultats, car cette minorité doit se battre et “en faire plus” pour s’intégrer », souffle une représentante. « Les familles juives sont plutôt portées sur les activités sociales et extrascolaires. Comme elles ont un vaste choix sur le plan éducatif dans la région, nous devons faire davantage d’efforts pour les convaincre d’inscrire leurs enfants dans notre école ».

En dépit de ces difficultés, l’expérience de Wadi Ara est considérée comme un succès. Tandis que le réseau « Main dans la main » affiche de nouvelles ambitions. L’association totalise 1.100 enfants répartis dans cinq écoles avec l’ouverture récente de deux jardins d’enfants à Haïfa (septembre 2012) et Jaffa (septembre 2013). Et son nouveau directeur exécutif, Shalom Dichter, qui a longtemps piloté l’ONG Sikkuy pour l’égalité civique entre Juifs et Arabes, estime qu’il y a de la place pour dix à quinze établissements de ce type au plan national.

Au-delà des chiffres, les initiateurs du projet espèrent transformer la réalité israélienne. « Notre ambition est de permettre aux enfants des deux bords de se côtoyer dès le plus jeune âge », explique Noa Yammer, en charge de la communication de « Main dans la main ». « Nos écoles sont fondées sur la création de véritables communautés : les élèves s’invitent les uns et autres après les cours, les parents se fréquentent; et en classe, les professeurs mettent tout sur la table ». Y compris les inévitables questions liées au conflit israélo-palestinien…

http://dafina.net/gazette/article/la-coexistence-juive-arabe-sur-les-bancs-de-l%C3%A9cole
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
casasport

avatar

Nombre de messages : 7849
Date d'inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Impossible coexistence   Mar 20 Oct - 12:02

Non Khaled ! Ce n'est pas comme ça qu'on répond à des individus qui croient en leurs propres bobards, comme Georges:

A son texte, on répond par ce texte:

Je suis Israël


Je suis Israël- je suis venu sur une terre sans peuple pour un peuple sans terre. Ceux qui se trouvaient là, n’avaient pas le droit d’y être et mon peuple leur a montré qu’ils devaient partir ou mourir ; j’ai rasé 480 villages palestiniens et j’ai effacé leur histoire.

Je suis Israël - certains parmi mon peuple ont commis des massacres et sont devenus plus tard premier ministre pour me représenter. En 1948, Menachem Begin était responsable de l’unité qui a massacré les habitants de Deir Yassin, soit 100 hommes, femmes et enfants. En 1953, Ariel Sharon a dirigé le massacre des habitants de Qibya, et en 1982 il a fait en sorte que nos alliés tuent environ 2000 personnes dans les camps de réfugiés de Sabra et Chatila.

Je suis Israël - taillé en 1948 dans 78 % de la terre de Palestine, dépossédant ses habitants pour les remplacer par des juifs venus d’Europe et d’autres parties du monde. Alors que ceux dont les familles ont vécu sur cette terre pendant des milliers d’années ne sont pas autorisés à rentrer, des juifs du monde entier deviennent instantanément des citoyens.

Je suis Israël - en 1967, j’ai englouti les terres restantes de Palestine - la Cisjordanie et Gaza - et j’ai soumis leurs habitants à un régime militaire d’oppression ; je les ai contrôlés et humiliés dans tous les aspects de leur vie quotidienne. Ils devraient finalement comprendre qu’ils ne sont pas invités à rester et qu’ils devraient rejoindre les millions de réfugiés palestiniens dans les bidonvilles du Liban et de la Jordanie.

Je suis Israël - j’ai le pouvoir de contrôler la politique étasunienne. Mon comité des affaires publiques israélo-américaines (AIPAC) peut fabriquer ou détruire à son gré n’importe lequel des politiciens et comme vous le voyez, ils se bousculent pour me plaire. Toutes les forces du monde sont sans pouvoir contre moi, y compris les Nations unies puisque j’ai le veto étasunien pour bloquer toute condamnation de mes crimes de guerre. Comme l’a si bien dit Sharon, nous contrôlons les USA.

Je suis Israël - j’influence aussi les médias étasuniens dominants et les nouvelles sont toujours taillées en ma faveur. J’ai investi des millions de dollars dans les relations publiques, et CNN, le New York Times et d’autres ont fait du très bon travail pour promouvoir ma propagande. Regardez les autres sources de nouvelles internationales et vous verrez la différence.

Je suis Israël - et vous, Palestiniens, vous voulez négocier la paix !? Mais vous n’êtes pas aussi malins que moi ; je vais négocier, mais je ne vous laisserai que vos municipalités tandis que moi je contrôlerai vos frontières, votre eau, votre espace aérien et tout ce qui peut être important. Pendant que nous négocions, j’avalerai vos collines et je les remplirai de colonies peuplées par les plus extrémistes de mes extrémistes, armés jusqu’aux dents. Ces colonies seront reliées par des routes que vous ne pouvez pas emprunter et vous serez coincés entre elles dans vos petits bantoustans, entourés de check-points dans tous les sens.

Je suis Israël - j’ai la quatrième armée la plus puissante du monde et j’ai des armes nucléaires. Comment vos enfants osent-ils confronter mon oppression avec des pierres ? Ne savez-vous pas que mes soldats n’hésiteront pas à leur faire sauter le crâne ? En 17 mois, j’ai tué 900 d’entre vous et j’en ai blessé 17 000, des civils pour la plupart, et j’ai tout loisir de continuer puisque la communauté internationale garde le silence. Ignorez, comme je le fais, les centaines de soldats israéliens qui refusent maintenant d’appliquer mon contrôle sur votre terre et votre peuple ; la voix de leur conscience ne vous protégera pas.

Je suis Israël - et vous voulez la liberté ? J’ai des munitions, des tanks, des missiles, des Apaches et des F-16 pour vous effacer. J’ai placé vos villes sous siège, j’ai confisqué vos terres, déraciné vos arbres, démoli vos maisons et vous exigez toujours la liberté ? Vous n’avez pas compris ? Vous n’aurez jamais ni paix ni liberté parce que Je suis Israël .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
georges972

avatar

Nombre de messages : 24428
Age : 70
Localisation : Israel
Date d'inscription : 20/11/2006

MessageSujet: Re: Impossible coexistence   Mar 20 Oct - 13:34

Tout cela ne repose sur aucun fait veritable.

Jusqu'en 1850, la Palestine/Eretz Israel etait quasiment vide de population, qu'elle soit arabe ou juive.
Tous les voyageurs chretiens qui ecrivirent leurs impressions racontent la meme chose. Meme, Mark Twain, un americain ferocement antisemite, dit la meme chose.
A partir de cette date, l'empire ottoman rencontrant des difficultes financieres importantes decida de parcelliser l'Empire et de vendre ces parcelles. Les autorites religieuses musulmanes de l'epoque crierent au scandale: la Terre n'appartient qu'a Allah, on ne peut la vendre. Peine perdue, la Sublime Porte passa outre, mais tena quand meme compte de ces observations: seuls les Musulmans furent autorises a acheter ces parcelles.

A peu pres au meme moment, commencerent a arriver des 4 coins de l'Empire ottoman des groupes de personnes attires par le developpement economique de la region, surtout au niveau agricole.
Au meme moment, des populations non-musulmanes reclamerent la protection des Puissances Europeennes. L'Angleterre, la France, l'Italie, l'Allemagne et la Russie s'empresserent, tous heureux de pouvoir commencer a depecer l'empire ottoman. Ce dernier reagit en concentrant dans la region des populations musulmanes persecutees, notamment venant d'Algerie, de Bosnie et du Caucase.
Il est tres aise de retrouver ces deplacements de population, soit par les noms de famille, soit par les villages fondes a cette epoque. Ainsi, Kfar Manda, en basse Galilee, fut fonde par des Bosniaques musulmans, Abou Gosh pres de Jerusalem fut fonde par une tribu musulmane caucasienne, Samakh (aujourd'hui Tsemakh) au sud du lac de Tiberiade accueillit la Smalah d'Abd el Kader deportee par les troupes francaises conquerissant l'Algerie. Dans cette smallah se trouvaient aussi des familles juives qui s'installerent a Tiberiade. Kfar Kama et Rihaniya en Galilee furent fondes par des Circassiens musulmans venant du Caucase, Jisr el Zarka, au bord de la Mediterrannee par Musulmans venus du Soudan. Il y eut aussi des vagues successives venant de l'actuelle Arabie Saoudite, principalement la tribu Zouabi qui compte aujourd'hui environ 150,000 personnes en Israel, 500,000 en Jordanie et pres de 4 millions en Arabie.
Un exemple celebre d'immigrant egyptien est Yasser Arafat, ne en Egypte et dont sa famille quitta ce pays pour s'installer en Palestine, En 1948, elle se refugia a Gaza.

Parallelement, des Juifs venant principalement de l'Empire ottoman s'installerent aussi dans la region. De 1765 a 1880, il y eut ainsi 8 vagues successives de Juifs arrivant de Russie, de l'actuelle Irak, de l'actuelle Syrie, de l'actuelle Egypte, de l'actuel Yemen, de l'actuelle Algerie et de l'actuel Maroc.
Ces populations juives se concentraient particulierement dans les bourgades de l'epoque, Tiberiade, Safed, Jerusalem, Hebron, Gaza.

Des l'arrivee des premiers sionistes politiques en 1878, une succession d'immigration juive suiva. Les Juifs apportaient avec eux le savoir, la modernite et surtout des fonds importants qui permirent l'achat de terres agricoles et surtout de developper une industrie et des liens commerciaux importants.

Ce developpement economique permit a de nombreux Arabes de venir rejoindre le pays. Ils arriverent de l'actuelle Syrie, particulierement de sa region la plus au sud, au moment ou les troupes francaises guerroyaient contre les Druzes. Ils arriverent d'Egypte aussi, du Soudan, d'ailleurs.

Il est remarquable que des que le Mandat britannique s'installa, l'immigration juive fut soigneusement controlee et souvent limitee en nombres alors que l'immigration arabe ne le fut JAMAIS.

Tout ceci pour montrer que l'immense majorite des populations juives et arabes en Israel/Palestine est relativement nouvelle et qu'elle augmenta conjointement, le capital juif attirant la main d'oeuvre arabe qui s'installa a proximite immediate des aglomerations juives. Ceci explique aussi pourquoi la tres grande majorite des villages arabes detruits pendant la Guerre d'Independance se trouvait sur la plaine cotiere, precisement ou l'immense majorite du Yichouv (la communaute juive avant l'indepndance d'Israel) se concentrait.

Il est probable que si la Guerre d'Independance avait echoue, ces aglomerations juives auraient ete detruites.

La Guerre d'Independance causa la fuite ou l'expulsion de 650,000 Arabes. Lorsque l'UNRWA fut creee, s'y ajouterent dans la pagaille, 50,000 autres Arabes ayant flaire la providence. Ces refugies furent sciemment cases dans des camps, sans aucune possibilite de s'integrer dans les pays arabes qui les "accueiilaient"

La Guerre d'Independance et la creation de l'Etat d'Israel causa aussi un nettoyage ethnique plus ou moins volontaire de pres d'un million de Juifs ayant vecu dans les pays arabes. Ces refugies furent absorbes, plus ou moins bien, par l'Etat d'Israel. Il suffit de rappeller que l'actuel chef d'etat-major de Tsahal, Gadi Azencot, est originaire du Maroc, et qu'il y eut d'autres chefs d'etat-major provenant d'Irak (Moshe Levy) et d'Iran )Dan Haloutz).

C'est cela Israel, edt non ces aneries diffusees par Casasport.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
casasport

avatar

Nombre de messages : 7849
Date d'inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Impossible coexistence   Mar 20 Oct - 17:14

Georges, votre dernier commentaire ne repose que sur des mensonges: la version israélienne de l'histoire de la région. Et ça se comprend !

Vous n'oserez jamais dire la vérité. Parce que cette vérité n'est bonne à dire.

Vous avez une toute petite partie de cette vérité dans mon commentaire Je suis Israël qui est une réponse à votre premier commentaire qui est encore plus mensonger que le deuxième.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
-Trinita-

avatar

Nombre de messages : 959
Localisation : Gaule
Date d'inscription : 16/07/2014

MessageSujet: Re: Impossible coexistence   Mar 20 Oct - 17:59

Eh bien démontrez nous que c'est faux, documents de la période ottomane a l'appui, casasport.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
georges972

avatar

Nombre de messages : 24428
Age : 70
Localisation : Israel
Date d'inscription : 20/11/2006

MessageSujet: Re: Impossible coexistence   Jeu 22 Oct - 12:09

Le 20e siecle connut toute une succession d'echanges de population.
En 1922, a la suite d'une demande de la Grece, commenca un processus d'echange de populations. 1,250,000 Grecs quitterent l'Anatolie, 500,000 Turcs la Grece.
Pour ce plan, Nansen recut le Prix Nobel de la Paix la meme annee!

Il est probable qu'aujourd'hui il aurait ete juge a La Haye en tant que Criminel de Guerre.

D'autre echanges eurent lieu surtout a partir de 1945.
Ainsi Staline redessina les frontieres de la Pologne, les poussant 150 kms vers l'Ouest. Deux Lander allemands furent annexes a la Pologne (Pomeranie et Silesie), et tous les habitants allemands expulses.
En meme temps, les minorites polonaises installees en Bielorussie, Lithuanie et Ukraine furent expulses vers la nouvelle Pologne.

On estime a environ 7 millions d'Allemands qui furent expulses des pays baltes, d'Ukraine, de Russie, de Roumanie, de Hongrie et de Yougoslavie.
Les deux Etats allemands (RDA communiste et RFA sous protection americaine) furent obligees de reconnaitre ces nouvelles frontieres et s'engagerent a ne jamais reclamer de reparations en faveur des Allemands expulses.
En 1947, des millions de musulmans furent expulses de l'Inde vers le Pakistan (aussi bien occidental qu'oriental qui devint plus tard le Bangla Desh). En parallele des millions d'Indous furent expulses du Pakistan.
La aussi, il n'y eut pas de reparations materielles, ni meme de pretendu "Droit du Retour".
La conquete du Tibet par la Chine fut accompagnee par plusieurs millions de Tibetains partant en exil et par le transfert de millions de Chinois au Tibet.
Etc, etc...

Curieusement, seuls les "refugies" palestiniens n'ont jamais ete integres dans leurs pays d'accueil. Mieux meme, le Liban a restreint les professions auxquelles les refugies peuvent exercer. La Jordanie a retire la nationalite jordanienne a l'ensemble des Arabes vivant en Cisjordanie (apres avoir annexe en 1948 ce territoire).

140,000 Juifs irakiens furent expulses d'Irak entre 1949 et 1951. Ils durent tout abandonner derriere eux et renoncer a leur nationalite. En 1949, ce fut le Yemen, en 1957, ce fut le tour des Juifs egyptiens.
En 1962, les Juifs d'Algerie recurent une demande speciale: "La valise ou le cercueil".

Il en a ete de meme, sous differentes formes plus ou moins brutales pour les Juifs du Maroc, de Tunisie, de Syrie, du Liban et d'Iran.

Tous ces gens furent depouilles de leurs possessions ou obliges de les vendre a bas prix.
L'Etat d'Israel et d'autres pays dans le monde (France, Italie, Belgique, Grande-Bretagne, Grece, Canada, USA, Bresil et Australie) les integrerent.

Toutes ces personnes sont descendants de Juifs vivant dans tous ces pays bien avant l'arrivee de l'Islam.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Impossible coexistence   

Revenir en haut Aller en bas
 
Impossible coexistence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
forum sepharade-janine :: Votre 1ère catégorie :: Votre 1er forum-
Sauter vers: